Cimetière chinois de Nolette

Le cimetière du hameau de Nolette, près de Noyelles-sur-mer en Picardie, ouvre son portail oriental sur le plus grand cimetière chinois d’Europe. Le ton est donné dès le portail en pierre blanche calligraphié de sinogrammes et entourés d’un petit muret rustique. Ce petit coin de Chine est totalement inattendu en Baie de Somme.

Entrée du cimetière chinois

Quand sur la route, j’ai repéré le panneau indiquant un cimetière chinois, j’ai été interpellée et étonnée. Nous avons donc effectué un petit détour et suivre le petit chemin, entouré de champ, qui y mène.

Mais qui sont ces Chinois morts entre avril 1917 et mars 1920 ? Qu’étaient-ils venus faire chez nous et pourquoi sont-ils enterrés si loin de leur pays ?

Pendant la Première Guerre mondiale, la commune de Noyelles a abrité une importante base arrière britannique dont un grand camp de travailleurs issus de l’immigration chinoise. Près de 12 000 travailleurs agricoles (appelés coolies) furent recrutés par l’armée britannique entre 1917 et 1919 dans le cadre du Corps de travailleurs chinois (corps de l’armée qui apporte de l’aide non combattante), pour des tâches civiles à l’arrière du front mais certains connaitront les zones de combat.
À ce titre, ils représentent l’une des premières immigrations chinoises en France.

Cimetière chinois – Panneau explicatif

Les coolies avaient l’interdiction de se mêler à la population civile du lieu et étaient affectés à des tâches ingrates et rudes. Beaucoup sont morts d’une épidémie de choléra qui a sévi dans le camp, de tuberculose et surtout de la grippe espagnole en 1918-1919, certains furent -malgré tout- tués au combat.

Les tombes côte à côte sont les tombes de « mari-femme »

Bon nombre de ces travailleurs n’ayant pas de famille connue et/ou les moyens de faire rapatrier leurs corps furent enterrés provisoirement dans un champ situé près de l’hôpital où ils étaient soignés.
Peu à peu le cimetière prit de l’ampleur et en 1918 on dénombrait déjà près de 800 tombes. Mais des travailleurs chinois continuèrent de mourir de maladie après la guerre, jusqu’en 1921.
Lorsque l’Armée Anglaise décida d’aménager les cimetières très nombreux dans la Somme puisque la bataille du même nom fut, en quelque sorte, leur Verdun avec plus de 400 000 morts, une subvention spéciale fut votée pour la création du Cimetière de Nolette à qui on donna des caractéristiques rappelant la nationalité de ceux qui y étaient enterrés.
Il fut officiellement inauguré le 23 mars 1920.

« Un noble devoir bravement effectué » – Hommage sur une tombe

A l’heure actuelle, le cimetière regroupe 849 stèles de marbre blanc qui sont ornées d’inscriptions en anglais (« Faithful unto Death » ,  » Though death he still liveth » ou encore « A good reputation endures for ever », …) ainsi que d’idéogrammes en chinois et sur quelques-unes, très rares, le nom du défunt.

C’est la Commonwealth War Graves Commission qui entretient ce cimetière (ils étaient d’ailleurs présent le jour de notre visite) et qui plante de la végétation du pays d’origine à l’image des pins qui l’ombragent.

C’est la Chine au fond de la Baie de Somme !

Adresse :

Chemin rural
80860 Noyelles-sur-Mer
(hameau de Nolette)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge